[Collectif] La Tour

Publié le par Any

12256 665792

 

Titre : La Tour

Auteurs : Karim Berrouka, Géraldine Blondel, Nicolas Cranne, Sophie Dabat, Hélène Fairmarch, Noé Gaillard, David Hauguel, Menolly, Fabien Michalczak, Sébastien Ruche et Yessine Terras [Anthologie dirigée par Sybille Marchetto].

Éditeur : Parchemins et Traverses

Nombre de pages : 169

 

Quatrième de couverture :

La Tour se dresse, griffant de ses contours déchiquetés le ciel incendié d’une Fantasy sombre. Naguère orgueilleuse ziggourat, elle fut l’escalier sacré qui menait jusqu’au royaume du ciel. Frappée par la colère divine, elle s’est effondrée, et avec elle les certitudes ou l’autorité qu’elle représentait.

Mais du haut de la Tour, on voit plus loin. À moins que l’édifice ne soit devenu la prison de celui qui croyait s’y abriter. Le guetteur voit venir le danger, ou peut-être les armées qui viendront à son secours. Le garde contemple l’enceinte, espérant que nul jamais ne la franchira.

La Tour est à l’image de celui qui y demeure : resplendissante ou ruinée, vertigineuse ou misérable, généreuse ou corrompue, brillante ou ténébreuse, harmonieuse ou tordue… Osez en franchir le seuil et découvrir les secrets des onze récits qui composent cette anthologie.

 

À lire absolument si on aime :

- Les Tours

- Les histoires courtes et percutantes.

 

À éviter si on cherche :

- Des histoires effrayantes

- De la science-fiction (très minoritaire).

 

Mon avis :

Une bonne anthologie. Les textes sont de très bonne qualité. On peut cependant regretter le manque de science-fiction dans cette anthologie, essentiellement fantastique et fantasy.

 

Crâne maculé, Nicolas Cranne

Un aventurier atteint la Tour écarlate. Il sait qu’au premier étage se trouve le sphinx qui lui posera une question. Mais la question paraît si simple, que c’est forcément un piège…

Une très bonne chute qui m’a fait sourire.

 

La Tour de Carol, Noé Gaillard

Petite fille, Carol s’est pris d’affection pour sa Tour : une ruine qu’elle a découverte au milieu des bois. Cette tour la protège et la promet à un bel avenir, mais attention à l’ambition…

C’est l’une des nouvelles qui m’a le moins convaincue, par le thème abordé. Les ressorts de la chute, pourtant compréhensibles, m’ont semblé obscurs.

 

Le reclus du Ponant, Sophie Dabat

Un jeune garçon est arraché à ses parents pour devenir le reclus de la tour du ponant. Cette tour devient alors la sienne, il doit l’entretenir et surtout, surveiller les mouvements de troupes venant de l’extérieur.

Une jolie nouvelle d’ambiance même si la fin m’a paru un peu abrupte. J’aurais aimé en savoir plus.

 

Le Départ, Karim Berrouka

Un enfant se prépare au départ, une course durant laquelle il doit entrer dans une des cinq tours. Comme son oncle autrefois, il veut atteindre le premier étage, le plus difficile, car il ne faut pas être trop loin, ni trop près lors de la première étape de la course.

A mon avis l’une des meilleures nouvelles de l’anthologie. Une très belle ambiance.

 

234 Degrés jusqu’au soleil, Menolly

Un petit être se décide à escalader la tour, construite par les dieux, afin de rallumer le soleil. Mais les marches sont extrêmement difficiles à grimper et le danger rôde.

Une très bonne nouvelle avec des révélations croustillantes sur le petit être qui s’est lancé à l’aventure, à mesure de sa progression. Mon seul regret porte sur la chute, en particulier le devenir du héros qui m’a semblé obscur.

 

Pétoxian 0,15, Géraldine Blondel

Un jeune cadre arrive dans l’entreprise Softan pour un nouveau travail. Très vite, son nouvel emploi le comble, il se surprend même à changer son mode de vie, à manger plus sainement et à refaire du sport. Jusqu’au jour où une simple panne de ventilation fait tout basculer…

Une nouvelle sympathique, même si l’un des personnages manque cruellement, à mon avis, de consistance. Autre regret : la fin, dans laquelle je n’ai pas exactement compris qui fait quoi.

 

L’initié, Hélène Fairmarch

Au sommet de la Tour, l’un des travailleurs se demande ce qu’il y a en dessous. Est-ce que la Tour continue ? Jusqu’où ? Il décide d’aller voir par lui-même au cours d’un long périple.

C’est l’une des nouvelles qui m’a le moins marqué. Bien écrite, mais je n’ai pas accroché.

 

La Tour d’Asammée, Sébastien Ruche

L’un des derniers voleurs d’Obéstan s’est mis en quête de la Tour d’Asammée qu’il voit en rêve, mais son chemin est semé d’embûches.

Une jolie nouvelle d’ambiance, mais là encore, la fin m’a semblé trop obscure. Je n’ai pas du tout compris la chute.

 

Formulaire K, Fabien Michalczak

Alban, écrivain public, est appelé au sommet de la Tour des Von Stryge, ces créatures qui sont venues d’on ne sait où et qui dominent le monde.

Une très bonne nouvelle. J’ai suivi les pérégrinations d’Alban avec plaisir. Seul bémol : la fin très prévisible. Il aurait été préférable de ne pas y faire allusion dans le récit.

 

Reflets, Yessine Terras

Un prince, obnubilé par sa beauté, vit reclus dans une tour où tout n’est que miroir. Il souffre cependant de ne pas pouvoir parler avec lui-même, jusqu’à la folie.

Une autre nouvelle à laquelle j’ai moyennement accroché, par le thème traité notamment. De plus le personnage m’a semblé assez inconsistant et retourne sa veste trop facilement.

 

La Tour d’Al-Minaq, David Hauguel

Un jeune homme se rend à la cité d’Al-Minaq, aux quatre tours, pour étudier auprès des maîtres de l’université. Tout se déroule comme prévu jusqu’au soir où, ivre, il croit voir une cinquième tour dans la nuit d’Al-Minaq.

Pour moi, c’est également l’une des meilleures nouvelles de l’anthologie. L’ambiance est particulièrement agréable et le traitement du ressenti très bien amené. Une belle découverte.

 

Deux gros coups de cœur, donc : Le Départ et la Tour d’Al-Minaq, ainsi que quelques belles rencontres comme Formulaire K ou Crâne maculé.

Publié dans Lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article